Un jour en Normandie Tome 1
Édition OREP - 2009

Que va-t-il se passer, aujourd'hui en Normandie ?
Depuis une dizaine d'années, chaque jour que Dieu fait, Michel de Decker raconte l'Histoire et les Histoires de la Normandie sur les ondes de France Bleu. Aujourd'hui, ses auditeurs vont enfin pouvoir devenir ses lecteurs.
Ils vont pouvoir revivre en direct, ou presque la victoire d'Henri IV à Ivry, la fuite en catastrophe du roi Louis-Philippe de Paris à Honfleur : les aventures du beau Brummel de Caen, les chagrins d'amour de l'impératrice Joséphine à Évreux : la triple mort de François de Civille, la découverte de la jouvence de l'abbé Soury, les poisons de Violette Nozière... et combien d'autres histoires étonnantes, drôles et insolites !
L'histoire de la Normandie s'est faite au jour le jour.

Des jours heureux, des jours sombres, des jours de gloire, des jours avec et des jours sang...



La Reine libertine
Édition Pygmalion - 2009


La reine Marguerite de Valois - Margot comme l'a baptisée son frère, le roi Charles IX, et comme continuera de l'appeler Alexandre Dumas - est entrée de son vivant dans la légende. Tous les ingrédients étaient réunis pour cela chez cette fille de la grande Catherine de Médicis, soeur de trois rois tragiques et épouse d'un Vert Galant : la tendresse et la séduction, l'ambition et le pouvoir, la passion et la violence. Superbe princesse, elle fut aussi courtisée que rarement rebelle aux hommages : le chroniqueur Brantôme l'a qualifiée de "plus belle femme de son temps". Elle est parvenue à traverser vaille que vaille le siècle des guerres de Religion, un des plus chaotiques de notre histoire. Depuis le Louvre de sa jeunesse où chacun conspirait et les errances de ville en ville dictées par la politique, jusqu'à un long exil en Auvergne suivi d'un retour presque triomphal dans la capitale, sa vie est celle d'une aventurière. Et, des massacres d'Amboise jusqu'à l'assassinat d'Henri IV, en passant par la Saint-Barthélémy et les horribles morts de ses nombreux amants, sa vie s'est écrite à l'encre rouge.
Michel ressuscite à bride abattue le destin de cette femme rebelle qui sut toujours se relever des heures les plus noires grâce à un appétit de vivre insatiable.


  
Napoléon III ou l'Empire des sens
Édition Belfond - 2008

Le second empire de Napoléon III fut le règne des courtisanes de haut vol et l'apothéose des demi-mondaines. S'il fut moins goujat que son oncle, Napoléon Ier, il n'en fut pas moins volage. Car Napoléon III tombait amoureux. "C'est une maladie !", avouait-il sans peine. De sa première adolescence jusqu'aux derniers jours de son règne fatigué, il succombera en effet aux charmes d'un nombre incalculable de femmes, de sa romantique cousine, Mathilde, à d'élégantes comtesses et autres délicieuses comédiennes. Et si l'on ajoute une mystérieuse anglaise, qui l'aidera à conspirer, une blanchisseuse de prison, à laquelle il fera deux enfants, sans oublier Eugénie, son épouse légitime mais sinistre, la vie sentimentale du dernier empereur des Français est un chef-d'oeuvre du genre.

Mais Napoléon III n'était pas que cet ardent amoureux. Donnant libre court à ses élans socialistes, l'auteur de L'extinction du paupérisme se préoccupa durant tout son règne de faire baisser le taux de chômage et d'augmenter les salaires. C'est à lui que nous devons la légalisation du droit de grève, mais aussi les pistes de ski savoyardes ! Ce sont toutes les facettes de ce "prince ami des femmes" que Michel de Decker nous propose d'explorer dans cette biographie inattendue...
A l'occasion du bicentenaire de la naissance de Napoléon III, Michel de Decker présente le portrait insolite et vivant d'un personnage étonnant : rêveur et fin politique, mais surtout "prince ami des femmes".


   
Les grandes heures de la Normandie
Édition Pygmalion - 2007


Les Grandes Heures de la Normandie La Normandie est l'une des provinces de France la plus riche  en Histoire. Michel de Decker nous en rappelle ses plus grandes heures depuis les premières invasions des Vikings, au début du IXe siècle, jusqu'au débarquement de juin 1944. De grands moments défilent ainsi tout au long de ces pages : le départ du duc Guillaume pour l'Angleterre où il va fonder une dynastie après avoir remporté la bataille d'Hastings, en 1066 ; ou le siège de Château-Gaillard par Philippe-Auguste qui prélude au rattachement de la province au royaume de France. Mais il parsème aussi son texte de mille et une anecdotes savoureuses qui ressuscitent des faits étranges de la petite histoire ou des coutumes locales, aussi curieuses que pittoresques. Doté d'une érudition sans faille, écrivant avec un délicieux naturel, comme on livrerait de vieilles confidences au coin du feu, Michel de Decker s'impose ici comme un talentueux conteur.


 
La Marquise des Plaisirs – Madame de Pompadour
Édition Pygmalion - 2007


En passant la nuit avec Louis XV, le 28 février 1745, Jeanne-Antoinette Poisson n'a qu'une idée en tête : devenir la favorite officielle du Roi. Elle le restera pendant près de vingt ans, un record pour une maîtresse royale !

Harmonieuse, ambitieuse, raffinée et énergique, la nouvelle marquise de Pompadour devient aussi l'amie, la confidente, la consolatrice, la thérapeute, la raison de vivre du Bien-Aimé. Sans cette petite femme aux yeux gris-bleu - son véritable ministre des beaux arts et son éminence rose - ce dépressif chronique aurait peut-être sombré dans une profonde mélancolie. Aurait-il fait travailler les meilleurs architectes, peintres et sculpteurs du temps ? Aurait-il toléré les philosophes et les pères de l'Encyclopédie ? Sa confiance en elle sera telle qu'il en viendra presque à lui donner les pleins pouvoirs : ainsi pourra-t-elle choisir les ministres, décider des orientations diplomatiques du royaume - pas toujours habilement ! - et créer l'art de vivre à la cour de Versailles. Quel superbe destin que celui de cette petite roturière qui meurt à quarante-deux ans, tuberculeuse et épuisée de s'être tant battue pour se maintenir aussi longtemps sur la première marche du trône !


 
Marie-Antoinette – Les dangereuses liaisons de la Reine
Édition Belfond - 2005

Vierge et martyre ou papillon frivole ? Marie-Antoinette est à la fois la plus célèbre et la plus méconnue des reines de France. Avec tendresse et ironie, Michel de Decker brosse un portrait nouveau de cette femme fantasque et malheureuse, à l'émouvant destin tragique. Légère, aimant les toilettes, les colliers, les bals, les fleurs et les cinq à sept intimes à Trianon, elle n'a longtemps songé qu'à s'amuser avec de fieffés libertins et des coquines évaporées.

Comment n'aurait-elle pas trompé son empoté de mari, lui qui passait le plus clair de son temps à chasser à courre et à bricoler des serrures ? Dans les bras de Hans-Axel de Fersen, par exemple, ce bel officier suédois prêt à se sacrifier pour elle et qui aurait même pu lui sauver la vie. Marie-Antoinette a aimé l'argent, la gloire, le pouvoir et l'amour, mais elle est toujours restée digne. Surtout au moment de gravir la dernière marche, celle qui conduit à la mort.



Napoléon – Les plus belles conquêtes de l'Empereur
Édition Belfond - 2004


Napoléon a fait trembler l'Europe et frissonner les femmes. De Désirée à Marie-Louise, en passant  par Pauline, Georgina, Eléonore, sans oublier Marie, Fanny, Betzy et toutes les autres, elles sont légion à lui avoir offert le repos du guerrier. Un regard pétillant, une chute de reins avenante, en un instant, l'Aigle oubliait ses maréchaux, ses grognards, ses plans de bataille... et même son "incomparable Joséphine". Né sur une île, mort sur une autre, Napoléon a connu de nombreux embarquements pour Cythère. Il a conquis plus de jolies morphologies qu'il n'a investi de capitales. Pourtant, il fut plus habile à manier l'écouvillon du canon qu'à caresser tendrement l'épaule d'une unique maîtresse. Michel de Decker qui, dans cette collection, a déjà entraîné ses lecteurs dans l'intimité d'Henri IV, de Louis XIV, de Victor Hugo et de Talleyrand, peint aujourd'hui le portrait vivant d'un insatiable qui, s'il rédigea le Code, ne fut pas toujours très civil avec ses conquêtes féminines.


Gabrielle d'Estrées – Le grand amour de Henri IV
Édition Pygmalion - 2003

Les peintures ne cachent rien de la délicieuse anatomie de Gabrielle d’Estrées, la célèbre maîtresse de Henri IV. Celui-ci était fou de cette "Vénus picarde aux rondeurs flamandes" qu’il envisage d’en faire une reine de France. Hélas, elle mourut tôt en mettant au monde leur quatrième enfant.
Qui fut cette femme à la destinée très romanesque, qui se retrouva pendant huit ans au cœur du pouvoir ? Pas une proie facile, tant elle résista longtemps aux avances du Vert Galant, de vingt ans son aîné. Mais couverte ensuite de titres et de richesses, elle le convainquit d’abjurer le protestantisme et de signer l’Edit de Nantes.
Fidèle à son art de conter l’histoire comme un roman, avec le respect de la vérité la plus scrupuleuse, Michel de Decker nous entraîne dans le destin d’une femme énigmatique, dont l’intelligence hors pair se façonna peu à peu aux arcanes du pouvoir.


 
Talleyrand - Les beautés du diable
Édition Belfond - 2003

Talleyrand, c'est un pied, une tête et un cœur. Un pied d'infirme qui l'a obligé Talleyrandà
porter la soutane, une tête brillante, un cœur de séducteur et d'éternel amoureux. Au vrai, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord était autant capable de négocier un traité que de conquérir une jolie dame. Son palmarès de séducteur est impressionnant : il va de la petite dentellière à la grande duchesse, en passant par une épouse de ministre ou sa propre nièce.

Charles Maurice a aimé des dizaines de femmes, elles le lui ont bien rendu ! Il s'est même marié, et pourtant il était évêque. Ce diable qui boitait bas a dégrafé plus de jupons qu'il a usé de chasubles. Il a été aussi habile à traverser tous les régimes politiques - qu'à se faire ouvrir les plus belles alcôves du temps.

Michel De Decker, qui a coutume de se faufiler dans les coulisses de la grande Histoire, a trouvé la clé de la loge intime de Talleyrand. Alerte, enlevées, souvent
drôle, la visite qu'il nous propose ici ne manquera pas de surprendre.

Autant Talleyrand marchait à pas lent, autant cette biographie amoureuse se lit à bride abattue.

 


 
Diane de Poitiers 
Édition Pygmalion - 2002


Lorsqu'on la marie à un bourbon cacochyme qui pourrait être son grand-père,
tout le monde ignore que Diane de Poitiers va devenir plus que reine.
Car, veuve à trente-deux ans, elle se voit alors chargée par le roi François 1er de veiller à l'éducation de son fils Henri, un adolescent ténébreux de vingt ans son cadet. Jusqu'à ce que ce dernier - le futur Henri II - et la belle préceptrice tombent dans les bras l'un de l'autre.
Ensuite, le mariage du roi avec Catherine de Médicis ne changera rien à l'affaire : Diane restera l'unique et grand amour.
Il est vrai qu'elle était une merveilleuse amante. À plus de soixante ans, elle était aussi désirable qu'en son vingtième printemps ! Mais son joli corps, tant et tant sculpté ou peint par les plus grands artistes du temps, ce corps qu'elle soignait en diététicienne avant l'heure, à grand renfort de douches froides, de chevauchées en forêts et d'alimentation équilibrée, n'avait rien à envier à son âme.
Quelle intelligence ! Quelle culture ! Mais quelle ambition, de surcroît !
Un récit alerte dans lequel l'histoire scrutée à la loupe rivalise avec l'anecdote.
Un nouveau portrait de Diane de Poitiers, qui se lit au grand galop.



Victor Hugo pour ces dames
Édition Belfond - 2002



Poète inspiré, romancier génial, politique exilé, grand-père modèle : on croit tout connaître de Victor Hugo, aujourd'hui érigé au rang de monument national.

Mais sait-on que cet écrivain à l'œuvre immense aime au final plus de femmes qu'il n'écrivit de livres ?
De sa plume alerte, Michel de Decker se faufile dans la coulisse de l'histoire officielle : on y rencontre Adèle, qui troqua bien malgré elle le rôle de l'amoureuse pour celui de l'épouse ulcérée de jalousie ; la belle Juliette Drouet, comédienne et courtisane à ses heures, qui fut la maîtresse de presque toute une vie ; mais aussi Léonie, Blanche, Marie, Louise, Sarah, Judith… Et bien d'autres : soubrettes de passages et égéries éphémères, jeunes beautés inconnues au panthéon de l'Histoire ou dames de quelque renommée, Victor Hugo les aima toutes, avec passion et acharnement parfois, avec fougue toujours…
Tout en rebondissements quelques fois rocambolesques, ce récit brosse le portrait pour le moins inattendu d'un grand homme qui, jusqu'à son dernier souffle, à quatre-vingt-trois ans, fut un amoureux d'une prodigieuse complexion.



La Duchesse d'Orléans 
Édition Pygmalion - 2001

En 1793, son mari a voté la mort de Louis XVI et, en 1830, son fils est devenu roi des Français ! Quelle existence pour le moins singulière que celle de Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, duchesse d'Orléans, arrière-petite-fille de Louis XIV, et de la pulpeuse marquise de Montespan !
Naïve, pieuse et dévote, elle épouse un prince roué qui la délaisse rapidement et lui retire ses enfants pour confier leur éducation à l'une de ses maîtresses, l'ambitieuse madame de Genlis. Marie-Adélaïde souffre, et la cour brillante du Palais-Royal, où elle réside, ne peut la consoler. Mais la Révolution, qui la dépouille de son immense patrimoine, fait basculer son destin. C'est l'amour qui la sauve !

Un membre de la Convention s'éprend d'elle et l'arrache au couperet de la guillotine en l'emmenant en Espagne dans des conditions rocambolesques. Il ne la quittera plus.

Tous deux commencent une longue vie d'errance à travers l'Europe. La misère parfois les guette. Mais qu'importe ? Marie-Adélaide est heureuse. Ayant regagné la France à la Restauration et recouvre une partie de son immense fortune, elle s'éteint en 1821.
Injustement méconnue, cette princesse au caractère bien trempé méritait l'éblouissante réhabilitation que lui offre aujourd'hui Michel de Decker.